top of page

Prenez soin de vos intestins

Savez-vous que le traditionnel "ça va ?" ou "comment allez-vous ?" remonte en fait au Moyen-Âge, époque où l'on demandait "allez-vous bien à la selle ?".

Étonnant non ? Pas vraiment lorsque l'on connait l'importance des intestins sur notre santé et sur sa bonne fonction quotidienne.

Toute maladie commence dans les intestins.

Hippocrate


Les intestins comprennent l'intestin grêle qui assimile et le gros intestin, le côlon, espace tabou, qu'on relègue bien souvent aux égouts de la digestion, le dernier stade, celui qui retiendra (constipation) ou abandonnera (diarrhée). Dans tous les cas cet espace est bien souvent sujet à diverses symptômes de somatisation dès la petite enfance. En effet, les premiers maux, exprimés bien avant les premiers mots, étaient des maux de ventre et autres coliques évoquant à la fois un appel de tendresse, d'attention, une souffrance primale, une expression de ce précieux cerveau reconnu aujourd'hui.


La durée normale d'un transit digestif est de 18h à 28h (de la bouche à l'anus). Plus rapide on parle de diarrhées, plus lent c'est déjà de la constipation.

Les femmes sont plus sujettes à la constipation et surtout à un transit irrégulier lié à leur cycle menstruel et aux fluctuations hormonales.


La flore intestinale, clé incontournable de notre santé

Voir mon article ici sur le microbiote intestinal.


Pour résumé, on sait aujourd'hui que notre microbiote intestinal, la qualité de ces bactéries, sa diversité, a une influence sur notre état de santé physique et psychique, et sur notre immunité.

En effet, la flore constitue un formidable "effet de barrière" contre les toxiques, les toxines, les bactéries étrangères et les virus. La flore intestinale comporte plus de 400 espèces bactériennes et ces 100 000 milliards de cellules doivent être bien nourries mais aussi protégées et entretenues avec soin.


Les fonctions des intestins

Dans la digestion, les intestins interviennent à la fin du processus. Il faut donc parfois aller voir ce qui ne fonctionne pas en amont (dans la bouche avec la mastication, l'estomac, le pancréas, le foie) pour comprendre pourquoi les intestins sont en souffrance (ballonnements, gaz, douleurs).


Dans tous les cas, quand ils fonctionnent correctement les intestins sont amenés à :

  • Achever correctement la digestion des aliments

  • Bien assimiler les aliments

  • Bien éliminer les déchets digestifs et biliaires

  • Faire la synthèse des vitamines, voire des acides aminés

  • Désintoxiquer le bol alimentaire et les humeurs circulantes

  • Normaliser le terrain bioélectronique (pH et RH2)

  • Assimiler correctement certaines hormones d'origine végétale

  • Renforcer notre immunité par l'effet barrière vu avant

  • Équilibrer le fonctionnement général de notre organisme

  • Etc...

Conséquences des perturbations intestinales

La maladie survient quand l'organisme est surchargé de déchets et carencé. Voyons donc ce qui se passe quand les intestins ne jouent plus leur rôle ni d'élimination ni de protection.

  • Troubles de l'assimilation (amaigrissement, fatigue, fonte musculaire...)

  • Surcroît de travail antitoxique renvoyé au foie

  • Carences vitaminiques

  • Prise de poids

  • Difficultés vasculaires (sanguines et lymphatiques)

  • Acidose chronique et vieillissement précoce

  • Affaiblissement des défenses immunitaires

  • Fragilisation de la muqueuse intestinale

  • "Auto empoisonnement" chronique générant inflammation et troubles locaux de type colopathie chronique, développement de diverticules, polypes, pathologies auto-immunes, maladie de Crohn...

  • Fatigue chronique

  • mauvaise haleine

  • teint brouillé

  • Troubles de l'humeur

  • Surcharges respiratoires en mucus (troubles catarrhaux, ORL et broncho-pulmonaires)

  • Surcharges gynécologiques en mucus (leucorrhées ou pertes blanches)

  • Surcharges sanguines puis cardiovasculaires en lipides (triglycérides, cholestérol HDL)

  • Réponses allergiques diverses (rhume des foins, eczéma, asthme)



Si des circonstances défavorables prévalent constamment dans l'intestin, le pouvoir de sélection des parois intestinales s'amoindrit à la longue, entraînant le débordement des toxines intestinales dans le sang et dans tout le corps, ce qui aura pour conséquence des affections très graves"

(Dr Bircher-Benner, Pour les malades de l'estomac et de l'intestin, Éditions Victor Attinger, Neufchâtel)


Les causes des dégradations intestinales

Les causes sont nombreuses, souvent complexes et croisées, mais voyons d'abord celles en lien avec notre alimentation :


  • La surconsommation de viandes : surtout rouges. Les études montrent une corrélation entre la quantité de viandes consommées et l'apparition des cancers : le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer) a évalué les résultats de 800 études ayant étudié la consommation de viandes rouges ou de charcuteries et le cancer. Selon ce rapport, le risque augmente de 17% pour chaque 100g de viande rouge consommée par jour et de 18% pour chaque 50g de viandes transformées consommées chaque jour. Les process de transformation des viandes sont clairement impliqués (nitrates et nitrites sont ajoutés aux viandes transformées pour prolonger leur durée de vie). S'ajoute à cela l'impact mieux connu des cuissons à forte température telles que grill ou barbecue.


  • Le raffinage systématique des céréales, qui élimine toute fibre indispensable au transit, au drainage des toxiques biliaires et de cholestérol alimentaire.


  • Les cuissons abusives, qui détruisent vitamines et enzymes utiles à l'équilibre biologique local et général.


  • L'excès d'aliments crus, fruits et légumes en particulier, par abus de fibres agressant la muqueuse et entretenant une inflammation chronique, un transit trop rapide qui ne permet pas à la flore de s'implanter ou de se renouveler normalement.


  • Les carences alimentaires, dues notamment aux modes de culture ou d'élevage intensives, aux raffinages, aux cuissons, traitements, stockage et additifs chimiques...


  • L'insuffisance de l'eau de boisson, moins d'1.5 litre/jour chez l'adulte consommant peu de fruits, par dessèchement précoce du bol alimentaire.


  • L'excès de liquides, à l'inverse, par dilution extrême des sucs digestifs (ex : boire beaucoup au cours du repas), accélération du transit...


  • Les abus de protéines, notamment animales, car plus concentrées, combinées à un manque de fibres (responsable du cancer du côlon).


  • Mais aussi les excès lipidiques, les repas riches en beurre et crème, les excès de fruits et autres sources d'acides organiques, les mauvaises associations alimentaires, l'excès ou le mauvais métabolisme des légumineuses, une mastication insuffisante, l'excès d'excitants comme le café, le thé, le chocolat, le coca..., la consommation de lait de vache chez l'adulte, l'excès d'épices, le sucre industriel, la prise régulière d'alcool, trop de gluten...



D'autres facteurs viennent s'ajouter à cette liste déjà bien remplie :

  • La naissance par césarienne : à la naissance le tube digestif du nouveau-né est stérile, il s'ensemence dès l'accouchement par le passage dans les voies génitales maternelles et pendant les premiers jours de la vie (par l'allaitement au sein notamment). Il continuera à évoluer tout au long de la petite enfance grâce à tout ce que l'enfant mange ou porte à sa bouche, par les infections intestinales qu'il rencontrera et les traitements éventuels. La relation établie entre l'enfant et son microbiote intestinal influence sa croissance et son développement avec des retentissements profonds et durables sur sa santé au cours de sa vie.

  • Certains médicaments : antibiotiques, anti-inflammatoires stéroïdiens (corticoïdes) ou non, laxatifs, antiparasitaires, immunosuppresseurs...

  • Facteurs neuromécaniques digestifs : interventions chirurgicales, descente d'organes, maladies inflammatoires chroniques, tumeurs intestinales, insuffisance digestive en amont (bouche, œsophage, estomac, foie, pancréas...).


La recherche de la cause en naturopathie

La mise en place d'une hygiène intestinale passera comme vous vous en doutez par l'alimentation (la plus saine possible, adaptée à votre morphologie et tempérament, adaptée également à la saison), par la gestion du stress et par une activité physique régulière.

C'est la base. Mais le naturopathe investiguera sur le pourquoi vos intestins ne fonctionnent pas ou mal, par une série de questions (anamnèse) cherchant à comprendre l'origine de vos troubles concernant :

  • Ballonnements

  • Spasmes

  • intolérance alimentaire

  • constipation, diarrhée

  • gaz intestinaux

  • nausées

  • douleurs abdominales

  • éructations

  • flatulences

  • ralentissement du transit

  • hémorroïdes

  • selles décolorées ou très foncées

  • selles très odorantes

  • Etc...

Il cherchera également à savoir quel émonctoire autre que les intestins (foie, reins, poumons...) présente une faiblesse qui engendre par effet de dominos les problématiques des intestins. Rappelez-vous que tout est interconnecté, les organes travaillent ensemble, mais lorsque l'un d'eux est défaillant ou n'arrive plus à jouer son rôle par excès de toxines et toxiques, excès de stress, évidement ça se répercute sur les autres organes et sur l'ensemble du fonctionnement de l'organisme.

La digestion est un long processus qui commence dans la bouche (seul endroit du corps qui possède des dents!), qui passe par l'estomac (qui est un milieu très acide grâce à l'acide chlorhydrique (HCl) qui a pour rôle de détruire les microbes et d'empêcher leur prolifération, donc s'il y a manque de HCl (hypochlorhydrie) à cette étape là, évidemment c'est toute la chaîne derrière qui en pâtit), le foie (qui produit la bile qui a de nombreuses fonctions dans la digestion), la vésicule biliaire, le pancréas, pour arriver à la fin, à l'intestin grêle et au côlon. Le chemin est long et parsemé d'embûches si l'on n'adopte pas les bons gestes alimentaires et une hygiène de vie propice à la santé.




Bonne nouvelle : une restauration plutôt rapide du microbiote est possible!

Encore beaucoup de choses autour des intestins restent tabous! Un médecin vous a t'il déjà demandé l'état de vos selles ? Je suppose que non, le naturopathe lui vous posera certainement la question. N'ayez pas honte! De leur bon état dépend aussi votre santé. Et si vous vous plaignez de maux de ventre, de constipations et/ou de diarrhées, sachez que non ce n'est pas normal, et non ce n'est pas dans votre tête. Par contre la bonne nouvelle, c'est qu'avec un protocole personnalisé et des solutions qui prendront soin de votre corps et pas l'inverse, vous pouvez facilement retrouver un confort et un bien-être dans votre ventre.


Si vous avez une question sur le sujet ou souffrez vous-même de troubles digestifs, n'hésitez pas à me contacter à : couleurnaturo@orange.fr
Si vous souhaitez prendre rendez-vous, vous pouvez le faire directement en ligne ici
Fiches naturo : les plantes des intestins ici

Prenez soin de vous.

Virginie

Comments


bottom of page